Ressources des engagements

Structure


  • Office National des Forêts (ONF)


    Office National des Forêts

    Établissement public à caractère industriel et commercial créé en 1964, l'Office national des forêts mène son action dans le cadre d'un contrat pluriannuel d'objectifs et de performance avec l'Etat et la Fédération nationale des communes forestières. Il assure la gestion durable des forêts publiques françaises, soit près de 10 Mha de forêts et espaces boisés en France métropolitaine et dans les DOM.
    L'ONF, premier gestionnaire d'espaces naturels en France :
    - mobilise du bois pour la filière (environ 40% du bois d'œuvre mis sur le marché en France) en assurant le renouvellement des forêts publiques et le bon entretien de leurs peuplements
    - agit pour préserver et augmenter la biodiversité, grâce à sa prise en compte dans la gestion courante des forêts, mais aussi grâce à l’importance du réseau Natura 2000 en forêt publique, et l’extension de son réseau de réserves biologiques
    - offre des forêts accueillantes au plus grand nombre, en s'adaptant aux attentes diversifiées du public et aux différents contextes (forêts périurbaines, zones touristiques), tout en sensibilisant aux missions d’entretien et de renouvellement des forêts ainsi qu’à la préservation de la biodiversité
    - effectue des prestations de service pour les collectivités et des clients privés en s'appuyant sur une organisation territoriale déconcentrée, des agences travaux, des bureaux d'études et des réseaux de compétences spécialisés
    - assure des missions de service public pour la prévention et la gestion des risques naturels, et la préservation de la biodiversité
    - agit pour dynamiser le rôle de la forêt et des "produits bois" au service de la lutte contre les changements climatiques.
    L'exercice de ces missions contribue au maintien d'activités et d'emplois en zones rurales.




  • Les Croqueurs de pommes®


    Les Croqueurs de pommes®

    Notre Association, qui milite pour la sauvegarde des variétés fruitières régionales en voie de disparition, est la réunion d'une soixantaine d'Associations locales. Ses activités principales sont la pomologie et l'arboriculture.




  • Agence de l'Eau Seine-Normandie (AESN)


    Agence de l'Eau Seine-Normandie (AESN)

    L'Agence de l'eau Seine-Normandie est un Etablissement Public du ministère de l'écologie dont la mission est de financer les actions de protection des ressources en eau et de lutte contre les pollutions.




  • Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema)


    Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema)

    L’Onema est l’organisme technique français de référence sur la connaissance et la surveillance de l’état des eaux et sur le fonctionnement écologique des milieux aquatiques.




  • Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie d’Île-de-France (DRIEE-IF)


    Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie d’Île-de-France (DRIEE-IF)

    La Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie d’Île-de-France (DRIEE-IF) est un service déconcentré du Ministère en charge de l’environnement. Elle met en oeuvre sous l’autorité du Préfet de la Région d’Île-de-France les priorités d’actions de l’État en matière d’Environnement et d’Énergie et plus particulièrement celles issues du Grenelle de l’Environnement.
    Elle intervient dans l’ensemble des départements de la région grâce à ses unités territoriales (UT).




  • Région île-de-france


    Région île-de-france

    Institution aux responsabilités variées, le conseil régional bâtit son action autour de six priorités : transports, développement économique, logement, éducation, formation et environnement.




  • Natureparif


    Natureparif

    L'Agence régionale pour la nature et la biodiversité d'Île-de-France a été créée en 2007 à l'initiative du conseil régional, avec le soutien de l'Etat et des acteurs de la diversité biologique francilienne. Structure d'échange entre le monde associatif, scientifique, institutionnel et les entreprises, Natureparif met en réseau au niveau régional les différents organismes et poursuit deux objectifs : contribuer à une meilleure connaissance et à la mise en valeur de la biodiversité francilienne et conduire les institutions et les entreprises à mieux prendre en compte la biodiversité dans leurs activités et leurs projets.




  • Agence des espaces verts


    Agence des espaces verts

    Etablissement public régional, l'AEV est un peu le bras armé de la politique régional en matière d'espaces verts, de forêts et de promenades. Elle acquiert et aménage forêts, terres agricoles périurbaines, sites d'intérêt écologique... et assure l'entretien et l'ouverture au public de plus de 12.300 ha d'espaces naturels. L'action de l'AEV s'inscrit autour de trois priorités : permettre aux Franciliens d'accéder à des espaces verts et de calme et renforcer la place de la nature dans la ville ; contribuer au maintien des espaces agricoles périurbains et au développement de l'agriculture bio ; préserver et développer les continuités et les réseaux écologiques, préserver et valoriser les espaces boisés et naturels.




  • Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région d’Île-de-France


    Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région d’Île-de-France

    L’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région d’Île-de-France, fondation reconnue d’utilité publique par décret du 2 août 1960, procède à toutes études, enquêtes et recherches ayant pour objet l’aménagement et l’urbanisme dans la région Île-de-France. Elle peut prêter son concours technique à tout organisme qui le lui demanderait pour effectuer des études similaires en France et à l’étranger.




  • Centre Régional de Valorisation et d'Innovation Agricole et Alimentaire (CERVIA)


    Centre Régional de Valorisation et d'Innovation Agricole et Alimentaire (CERVIA)

    Conscients des enjeux majeurs qui se posent aux entreprises du secteur de l’alimentation (Santé et bien être, sécurité sanitaire, service et praticité, saveur et plaisir…) l’Etat et la Région ont décidé de soutenir l’ensemble de cette filière, et en ont fait un secteur d’activités prioritaire du Schéma Régional de Développement Economique.
    C’est ainsi qu’un plan régional de soutien aux industries agro-alimentaires a été mis en place selon 4 grandes thématiques :
    1. Qualité et sécurité sanitaire des aliments
    2. Innovation alimentaire
    3. Développement agro-alimentaire durable
    4. Nutrition et santé

    Il est porté par la Région Île-de-France à travers le CERVIA Paris Île-de-France, avec l’appui des services de l’Etat (Direction Régionale de l'Alimentation, l’Agriculture et de la Forêt (DRIAAF), Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi (DIRECCTE).
    De plus, une convention de partenariat avec OSEO permet au CERVIA d’accompagner conjointement les entreprises du secteur de l’alimentation sur des projets innovants.




  • Département de l'Essonne


    Conseil Général de l'Essonne

    Premier partenaire financier des communes et des intercommunalités pour la préservation de la nature, le Conseil général de l’Essonne dispose, à travers ses compétences en matière d’Espaces Naturels Sensibles (ENS), d’un levier efficace pour inciter à un développement durable et équilibré des territoires.




  • Département de Seine-et-Marne


    Conseil Général de Seine-et-Marne

    A partir de l'année 2007, le Département a mis en place des éco-conditions au financement dans le domaine de l'eau potable imposant au demandeur de subvention l'entrée dans une démarche de réduction des produits phytosanitaires et une amélioration des performances des réseaux d'eau potable. En 2012, elles ont été élargies au domaine de l’assainissement afin d’éco-conditionner les communes urbaines non financées pour l’eau potable.




  • Département du Val d'Oise


    Département du Val d'Oise

    Le département du Val d'Oise propose des subventions sur la reconquête des milieux aquatiques et de la biodiversité, la protection et valorisation des espaces naturels sensibles locaux, l'acquisition et aménagement d'espaces verts...



Site Internet


  • Le jour de la Nuit


    Le jour de la Nuit

    Le Jour de la Nuit est une opération de sensibilisation à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé.




  • Schéma Régional de Cohérence Ecologique


    Schéma Régional de Cohérence Ecologique

    Réseau, tissu, infrastructure verte, réservoir, corridor, continuité, trame… ces termes imagés, multiples, recouvrent une réalité écologique : celle des liens fonctionnels qui unissent les milieux naturels. Ils traduisent l’interdépendance des êtres vivants entre eux, avec leurs milieux, et de ces milieux entre eux, comme le souligne Robert Barbault dans le Courrier de la nature n°264.

    La protection de la nature s’est d’abord appliquée à des espèces ou des espaces remarquables ou rares, parfois emblématiques. En Île-de-France, plusieurs milieux et espèces considérés comme les plus remarquables sont ainsi protégés, dans les 10 réserves naturelles régionales et les 4 réserves naturelles nationales.

    La Trame verte et bleue vise à renouveler cette approche patrimoniale en s’attachant à la fois à conserver et améliorer la fonctionnalité des milieux, à garantir la libre circulation des espèces et à adapter la biodiversité aux évolutions du climat. Elle doit trouver sa traduction en Île-de-France dans le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE).

    Le SRCE est le volet régional de la Trame Verte et Bleue dont l’élaboration à échéance 2012 est fixée par les lois Grenelle I et II. Ce document cadre régional est co-élaboré par l’Etat et le Conseil régional, en association avec un Comité Régional « Trames verte et bleue » et l’ensemble des partenaires régionaux concernés par le schéma et sa mise en œuvre.

    Le projet de SRCE francilien sera soumis à consultation auprès des groupements de collectivités franciliens puis à enquête publique. Le SRCE francilien doit être cohérent avec ceux des régions voisines et avec les orientations définies au niveau national par décret.

    Comment ce SRCE est-il élaboré en Ile-de-France ? Comment les acteurs locaux sont-ils associés ? Cet extranet répond à vos questions !

    Il vous permettra de prendre connaissance au fur et à mesure de l’avancée de la démarche des réflexions menées et des productions correspondantes.




  • Conservation Nature


    Conservation Nature

    Site internet général sur toutes les thématiques se rapportant à la biodiversité et sa conservation.




  • Système d'Information sur la Nature et les Paysages (SINP)


    Système d'Information sur la Nature et les Paysages (SINP)

    Natureparif a engagé en janvier 2009 un recensement des inventaires, suivis, bases de données et études existants en Île-de-France.
    Ce recensement permet :
    D’identifier les acteurs producteurs et/ou financeurs de données. Ces acteurs sont aussi bien des associations que des collectivités locales, des organismes de recherche, des entreprises ou des bureaux d’études ;
    De connaître les données dont on dispose par territoire (par commune), par espèce ou par écosystème ;
    De trouver facilement l’organisme qui dispose de l’information dont on a besoin pour modifier un Plan Local d’Urbanisme, l’association la plus proche de chez soi spécialiste d’une espèce ou d’une zone donnée, …
    Ce recensement est consultable sur Internet grâce à un outil de gestion et de diffusion des métadonnées sur la nature et les paysages basé sur une adaptation de l'outil développé par l'IFEN. Cet outil permet de visualiser les fiches de métadonnées validées par nos partenaires.




  • Passeport Biodiversité


    Passeport Biodiversité

    Le Passeport Biodiversité vous invite à explorer les trésors naturels que recèle l’Île-de-France. Partez à la rencontre de passionnés qui vous guideront et partageront leur savoir, ambassades et ambassadeurs.
    Découvrez des espaces naturels insoupçonnés et laissez vous émerveiller par la richesse de la biodiversité francilienne : urbaine, agricole et forestière.
    Retrouvez toutes les sorties et animations nature dans la rubrique agenda, et partagez les photos-souvenir de vos découvertes pour inspirer d’autres explorateurs de la biodiversité !




  • Vigie-Nature


    Vigie-Nature

    Vigie-Nature est un programme de sciences participatives ouvert à tous les curieux de nature, du débutant au plus expérimenté.
    Fondé et porté par le Muséum national d'Histoire naturelle, pionnier des sciences participatives en France depuis 20 ans, Vigie-Nature est animé par des associations et mis en œuvre grâce à des réseaux d’observateurs volontaires.

    En s'appuyant sur des protocoles simples et rigoureux, il propose à chacun de contribuer à la recherche en découvrant la biodiversité qui nous entoure. Initié il y a plus de 20 ans avec le Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC) créé en 1989, le programme Vigie-Nature s’est renforcé depuis avec le suivi de nouveaux groupes : les papillons, chauves-souris, escargots, insectes pollinisateurs, libellules, plantes sauvages des villes…. En offrant aux scientifiques des données de terrain essentielles, dans toute la France, les observateurs volontaires participent ainsi à l’amélioration des connaissances sur la biodiversité ordinaire et sur ses réponses face aux changements globaux (urbanisation, changement climatique…).

    Rendez-vous sur le terrain, en ville comme à la campagne, pour devenir un observateur de la biodiversité !




  • Alliance Produits de la mer


    Alliance Produits de la mer

    L’Alliance Produits de la mer est un programme international de SeaWeb qui a pour vocation de créer des opportunités de changements au sein de la filière des produits de la mer. Fondée aux États-Unis en 2001, l’Alliance aide la filière des produits de la mer – des pêcheurs et aquaculteurs aux transformateurs, distributeurs, détaillants, chefs, restaurateurs et poissonniers – à rendre le marché des produits de la mer durable d’un point de vue environnemental, économique et social. L'Alliance crée des synergies et propose des solutions innovantes pour des défis à long terme.
    L’Alliance Produits de la mer mobilise et met en relation les acteurs internationaux de la filière qui sont en faveur d’un approvisionnement durable en produits de la mer, par un commerce, une gestion, une politique et une réglementation responsables. L’Alliance organise des manifestations et des rencontres au niveau international et contribue ainsi au partage des connaissances et au développement de réseaux favorables à un changement positif.




  • Mission Gestion Différenciée Nord-Pas de Calais


    Mission Gestion Différenciée Nord-Pas de Calais

    Lancée en 1999, la Mission Gestion Différenciée Nord-Pas de Calais est pilotée aujourd’hui par l’association, Nord Nature Chico Mendès.




  • L’objectif «zéro pesticide» et les collectivités d’Île-de-France


    L’objectif «zéro pesticide» et les collectivités d’Île-de-France

    Les pesticides (désherbants, insecticides, fongicides…) figurent parmi les principales causes de perte de la biodiversité en Ile-de-France, et si la responsabilité incombe en grande partie à l’agriculture intensive, les collectivités, les entreprises et les particuliers utilisent ces produits, ce qui a un impact certain sur l’environnement et sur la santé humaine.
    La cartographie de l’objectif « zéro pesticide » établie par Natureparif a pour but de valoriser les collectivités territoriales franciliennes qui se sont engagées dans une démarche de progrès : réduction, voire arrêt total ou partiel de l’usage des pesticides sur les espaces dont elles ont la responsabilité directe (via les services techniques) ou indirecte (sous-traitance à des prestataires de service).




  • Atlas régional de l'Île-de-France : Les milieux humides selon Ecomos 2000


    Atlas régional de l'Île-de-France : Les milieux humides selon Ecomos 2000

    Cet atlas exploite la nomenclature d'Ecomos 2000, base de données régionale des milieux naturels d'Île-de-France, développée par l'IAU îdF en complément du Mos (Mode d'occupation du sol) permettant ainsi de différencier les types de milieux humides.
    Il participe à la connaissance des zones humides, en complément des études d'enveloppes d'alerte qui croisent des sources d'informations telles que les sols humides (Etude DRIEE de 2010).




  • Le guide de la biodiversité positive


    Le guide de la biodiversité positive

    Le guide s’adresse à 4 fonctions majeures qui interviennent dans les procédures habituelles de financement, de conception, de construction, de maintenance et d’utilisation d’un ouvrage.




  • Connaître et gérer les pelouses calcicoles


    Connaître et gérer les pelouses calcicoles

    C'est un document qui rassemble successivement :
    - les données essentielles nécessaires à la compréhension de l'identité biologique et écologique des pelouses calcicoles,
    - une synthèse bibliographique commentée,
    - des fiches techniques sur la gestion concrète de ces milieux.
    Il pourra aider tous ceux qui ont en projet la gestion de pelouses calcicoles, afin de cerner l'identité biologique et écologique de ces milieux, d'avoir une idée générale des différents types de pelouses existants dans la moitié nord de la France, de repérer les références à consulter parmi la documentation existante et d'appréhender les contraintes de gestion et d'éviter les principaux pièges.




  • Inventaire des mares d'Île-de-France


    SNPN

    La Société nationale de protection de la nature (SNPN), dont l’implication en matière de zones humides est constante depuis des décennies (gestionnaire des réserves naturelles nationales de Camargue et du Lac de Grand-Lieu, publication de la revue Zones humides Infos…), poursuit ses actions dans ce domaine. En partenariat avec le Conseil régional et l’Agence de l’eau Seine-Normandie, elle travaille à la mise en place d’un réseau des zones humides en Ile-de-France. C’est au cours de cette mission qu’elle a pu constater l’urgence de protéger ces remarquables micro-zones humides que sont les mares.
    La SNPN a donc décidé d’initier un inventaire des mares franciliennes avec également le soutien financier de la Fondation Nature et Découvertes, de la DRIEE-IDF, du Conseil général du Val d’Oise et de l’Essonne et avec l’aide technique de Natureparif notamment.
    Faire un bilan des mares de la région Ile-de-France constitue une étape déterminante pour évaluer les mesures de conservation nécessaires à entreprendre. Mais la tache s’avère laborieuse avec les dizaines de milliers de mares que compte notre région, il est donc indispensable que chacun s’investisse dans ce projet … nous comptons sur votre participation !



Guide


  • Guide de gestion différenciée à l'usage des collectivités


    Guide de gestion différenciée à l'usage des collectivités

    Ce guide, édité par Natureparif, a pour objectif de sensibiliser et amener les communes à entamer une réflexion sur leurs pratiques et à essayer de les faire évoluer en proposant des techniques alternatives pour une meilleure gestion de l’environnement (amélioration de la qualité des milieux et amélioration de la qualité de vie des êtres vivants).

    Le guide, présenté sous forme de fiches pratiques, est divisé en 3 grandes rubriques :
    - les problématiques (désherbage, gestion des milieux herbacés, fleurissement, voirie et bâti, gestion du cours d’eau, l’arbre en ville, espèces indésirables)
    - les réponses différenciées
    - les outils

    Ces différentes rubriques se complètent. A chaque problématique correspondent des réponses et des outils.




  • Liste rouge régionale des oiseaux nicheurs d’Île-de-France


    Liste rouge régionale des oiseaux nicheurs d’Île-de-France

    L'élaboration de cette Liste des oiseaux nicheurs d'Île-de-France a permis de mesurer le degré de menace qui pèse sur l'avifaune reproductrice de la région. Ce travail de synthèse a été réalisé en appliquant la méthodologie officielle établie par l'IUCN et constitue une référence nouvelle et standardisée reconnue internationalement. Cette liste rouge a été pilotée par Natureparif et réalisée par un groupe d'ornithologues de la région qui ont apporté leur expertise pour statuer sur la situation de chaque espèce. Au total, sur les 178 espèces d'oiseaux qui se reproduisent, ou se sont reproduits en Île-de-France dans la période récente (depuis 1950), 151 se sont vues attribuer une catégorie de menace. Ce premier état des lieux révèle une situation très préoccupante puisque 39 espèces sont actuellement menacées dans la région, soit une espèce sur quatre !




  • Liste rouge régionale de la flore vasculaire d’Île-de-France


    Liste rouge régionale de la flore vasculaire d’Île-de-France

    L’ensemble de la flore vasculaire (ptéridophytes et spermaphytes) francilienne a été analysée par le Conservatoire botanique national du Bassin parisien (CBNBP), service scientifique du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), appuyé par un groupe d’experts régionaux, et avec le soutien de la Région Île-de-France. C’est ainsi 1 537 espèces indigènes de fougères et de plantes à fleurs d’Île-de-France qui ont été passées au crible des critères de l’UICN !
    Publiée en partenariat avec Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, cette Liste rouge régionale de la flore vasculaire d’Île-de-France a permis d’établir que 85 espèces végétales (6 %) semblent avoir disparu de la région depuis le XVIIIe siècle et 400 autres (26 %) sont aujourd’hui menacées. Parmi celles-ci, 128 courent un risque majeur d’extinction (8 %) dans les prochaines années.




  • Planter une haie champêtre (PNR du Vexin français)


    Planter une haie champêtre (PNR du Vexin français)

    La haie est un élément fondamental du paysage quotidien de nos villages et de leurs alentours.
    Elle participe à l’ambiance du lieu au même titre qu’elle entoure le jardin.
    La suppression de celle-ci en milieu rural a conduit à l’apparition de problèmes d’érosion, à l'appauvrissement de la faune sauvage...
    De même, la plantation de haies de persistants tels que le laurier, le thuya, véritable « béton vert » des jardins conduit, à la banalisation de notre paysage.
    L’usage que l’on a de son jardin en hiver ne rend pas indispensable la plantation de ces végétaux persistants.
    Il devient alors bien agréable de voir une haie composée d'une multitude d'essences qui changent d’aspect au fil des saisons grâce aux floraisons successives, à l’apparition de fruits décoratifs et à la coloration automnale des feuillages.




  • Guide des produits avec ou sans OGM


    Guide des produits avec ou sans OGM

    La réglementation européenne impose un étiquetage des aliments contenant plus de 0,9% d'OGM. Le rejet des OGM par la majorité des consommateurs a permis de limiter le nombre de ces produits étiquetés en France.
    Cependant, encore beaucoup de produits sont issus d'animaux nourris avec des OGM. Ils entrent alors dans notre alimentation à notre insu.
    Le guide des produits avec ou sans OGM de Greenpeace cherche à pallier les insuffisances de l'étiquetage et donner aux consommateurs une information leur permettant d'éviter les OGM dans leur alimentation.




  • Fiche technique «Réaliser des toitures végétalisées favorables à la biodiversité»


    Fiche technique «Réaliser des toitures végétalisées favorables à la biodiversité»

    L’arrêt de la perte de biodiversité en France, en Europe et dans le monde, nécessite avant tout des mesures de protection, de gestion et de restauration des espaces naturels, cultivés ou non. L’enjeu en milieu urbain est complémentaire : il s’agit de restaurer les fonctionnalités écologiques dégradées par l’urbanisation (fertilité des sols, photosynthèse, production primaire, habitats d’espèces, etc.).
    La végétalisation des toitures peut contribuer à cet enjeu, à condition qu’elle s’inscrive dans un ensemble d’actions cohérentes et globales (gestion écologique des espaces verts, restauration de la qualité des sols urbains, réflexion sur les continuités écologiques). Loin d’une simple parure « verte », l’apport de ces toitures à la biodiversité est directement dépendant de la diversité des milieux ainsi créés, des végétaux plantés, de l’épaisseur et de la teneur en matière organique du substrat. Elle est également influencée par l’âge de la toiture et le type d’entretien effectué.
    Depuis quelques années, les référentiels de construction tout comme les préconisations du Grenelle de l’environnement et les recommandations de certains documents d’urbanisme, incitent à la végétalisation des toitures et des murs.
    L’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine de la Seine-Saint-Denis (ODBU) et Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, avec l’appui technique de Plante & Cité et du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), se sont associés pour élaborer cette fiche-technique afin de contribuer à une évolution positive des pratiques.
    Cette fiche propose aux maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, architectes, professionnels de l’étanchéité comme du paysage, des pistes pour leur permettre de favoriser au maximum la biodiversité sur les toitures.




  • Guide «Bâtir en favorisant la biodiversité»


    Guide «Bâtir en favorisant la biodiversité»

    Construire des bâtiments tout en favorisant la biodiversité : utopie ou réalité ?
    Ce deuxième guide de la collection Natureparif, destinée aux acteurs économiques et aux décideurs, se propose de répondre à cette question. À l'heure où le secteur de la construction se tourne vers l'efficacité énergétique, la biodiversité est la grande oubliée. Elle connaît pourtant sa sixième crise d'extinction et notre avenir est lié à son maintien.
    En choisissant de traiter une à une les étapes d'un projet : la conception, la construction, l'exploitation, la fin de vie et la rénovation, sous la forme de fiches techniques, Natureparif offre des pistes pour concilier développement économique et amélioration de la biodiversité, grâce aux regards croisés de différents acteurs : urbanistes, architectes, entreprises du BTP, bailleurs sociaux, paysagistes, écologues ou élus.
    Issues du terrain, les innovations proposées dans cet ouvrage sont porteuses d'espoir pour les entreprises et les collectivités : matériaux locaux et bio-sourcés, architecture calquée sur l'environnement naturel, bâtiments refuges et supports pour les espèces, toitures et façades végétalisées, espaces verts écologiques, traitements biologiques des eaux et des déchets... autant de perspectives positives pour améliorer notre cadre de vie et favoriser l'emploi !




  • Guide «Les passages faune en bois»


    Guide «Les passages faune en bois»

    La connectivité entre les fragments d’habitat peut être matérialisée par un réseau de corridors ou d’espaces ayant une fonction de corridor. Les passages pour la faune relient entre eux des fragments d’habitats séparés par les infrastructures routières ou ferroviaires. Ils jouent donc le rôle de corridor et permettent de pérenniser des processus essentiels à la survie des espèces (dispersion, migration, accès aux ressources alimentaires, recherche de partenaire, brassage génétique, etc.).
    Certains de ces ouvrages aménagés prioritairement pour les grands ongulés assurent aujourd’hui des fonctions de corridors d’importance régionale ou supra-régionale. Ils répondent à une demande plus large de conservation de la biodiversité dans son ensemble (SETRA 2006).
    La question de la défragmentation des territoires et de la restauration des corridors biologiques fait partie désormais des politiques territoriales mises en place en France.




  • Guide des alternatives au désherbage chimique dans les communes


    Guide des alternatives au désherbage chimique dans les communes

    Le choix des alternatives au désherbage en milieu urbanisé est une conjugaison de solutions préventives et curatives mais aussi d’aménagements qui permettent d’intégrer la végétation spontanée ou d’en limiter son développer.
    Au travers d’exemples et de témoignages, ce guide a pour vocation d’aider les collectivités dans leurs choix pour diminuer l’usage de produit qui présente un danger pour la santé publique et l’environnement. Chacune d’entre elles devra adapter ses prises de décision à sa situation propre. C’est la diversité et la complémentarité des solutions qui permettront un changement global des pratiques.
    Contrairement aux recommandations concernant les cultures, qui varient de façon importante d’une région à l’autre en raison des différences climatiques, mais aussi de la nature des sols, les prescriptions en zone urbaine peuvent être appliquées à l’ensemble des régions.
    Edité par la FEDEREC Bretagne et porteur de ce projet, ce guide est le fruit d’un travail entre de nombreux partenaires institutionnels.




  • Guide «Faire son jardin en ville»


    Guide «Faire son jardin en ville»

    Un jardin partagé est un espace vert situé dans la ville. Il participe au maintien de la biodiversité en milieu urbain et s’inscrit dans une démarche locale de développement durable. Autour
    de lui, les habitants s’unissent pour inventer de nouvelles manières de faire et de vivre la ville !
    Contrairement aux jardins publics habituels, les jardins partagés sont créés et entretenus par les habitants d’un même quartier qui se rassemblent autour d’un projet commun pour améliorer leur cadre de vie. Ensemble, ils agissent pour rendre
    leur environnement plus agréable. Il ne tient plus qu’à vous d’agir pour ramener la nature dans votre quartier ! Faites appel à toutes vos qualités, votre créativité et votre solidarité !
    Un jardin partagé est avant tout un lieu de vie, de rencontre et de partage. Des activités de jardinage sont bien sûr au centre de cette vie sociale. Ils permettent aussi de se dépenser, de se détendre en plein air, de créer des liens entre voisins, ou de se changer les idées. C’est l’occasion d’entretenir une activité physique et de se détendre dans un coin de nature, de partager des savoirs et d’enrichir son expérience de jardinier.
    En partenariat avec d’autres structures comme les écoles ou les associations, les jardins partagés peuvent avoir différentes fonctions et répondre à une variété de besoins. Ce guide vous invite à faire collectivement le jardin qui vous ressemble.




  • Guide «Entreprises, relevez le défi de la biodiversité»


    Guide «Entreprises, relevez le défi de la biodiversité»

    En 2010, seulement 2 % des entreprises mondiales avaient tout juste commencé à réfléchir à la biodiversité. Conscientes du fait que la dégradation des écosystèmes les mettrait en péril, ces dernières entrevoient la nécessité de bousculer leurs habitudes.
    Cet ouvrage se propose d'accompagner les entreprises en offrant à leurs dirigeants l'opportunité de relever plusieurs défis : Défi culturel : repenser le rapport de l'entreprise au monde vivant, en comprenant ses liens de dépendance et d'impacts et en utilisant de nouveaux indicateurs plus pertinents pour le reporting. Défi technologique : explorer l'éventail des innovations et des nouveaux marchés mis à disposition. L'ingénierie écologique, l?écologie industrielle, l'éco-conception jusqu'à en faire des applications grandeur nature. Défi organisationnel : acquérir de nouvelles compétences humaines et managériales induisant une coopération intelligente entre acteurs. Défi institutionnel : offrir aux entreprises un cadre nouveau. Quelles innovations, touchant aux régulations, par la fiscalité, le droit, les normes, pourraient encadrer les comportements et permettre la transition vers une économie refondée où la destruction des écosystèmes serait lourdement pénalisée, tandis que son entretien ferait l'objet
    d'une gratification ?
    Pratique et inséré dans la réalité, ce guide doit contribuer à inventer et faire connaître de nouveaux outils économiques en phase avec le temps, au service des entreprises et de leurs stratégies.




  • Guide «Le bilan biodiversité»


    Guide «Le bilan biodiversité»

    Le troisième ouvrage de la collection Natureparif, réalisé avec l'association Synergiz, propose aux acteurs économiques une nouvelle forme de comptabilité comparable à celle du bilan carbone : le bilan biodiversité.
    Celui-ci inclut dans son champ d'analyse et de quantification, en plus des émissions de gaz à effet de serre, toutes les dépendances et atteintes d'une entreprise à la nature : consommations de matières premières, de foncier, d'eau, ou de tout autre service écologique tels qu'ils sont décrits par la communauté scientifique internationale.
    Les activités économiques nécessitent toujours, à plus ou moins grande échelle, des prélèvements dans les ressources épuisables et renouvelables de notre planète. En intégrant les coûts, revenus et externalités liés à ces opérations dans leur comptabilité, les entreprises pourront ainsi améliorer leur performance financière tout en maîtrisant leur bilan biodiversité. Avec un objectif : investir dans le maintien du capital naturel indispensable à leur développement et à leur survie !
    Enfin, les entreprises trouveront dans cet ouvrage les clés indispensables pour introduire de nouveaux indicateurs liés à la biodiversité dans leurs rapports d'activités annuels : états financiers, rapport RSE ou encore, comme la tendance actuelle les y invite, au sein d'un seul et même rapport intégré.




  • Guide du Jardin écologique


    Guide du Jardin écologique

    Natureparif assure la promotion de la gestion écologique des espaces verts, au travers du guide de gestion différenciée à destination des collectivités, de la cartographie de l’objectif « zéro pesticide » ou encore du portage du label EcoJardin. Afin d’aider les collectivités franciliennes à sensibiliser le grand public, Natureparif met à leur disposition un Guide du jardin écologique « prêt-à-imprimer ».
    Ce guide, proposé gratuitement aux collectivités franciliennes[i], permet aux habitants de comprendre ce qu’est la biodiversité dans leur jardin. Et de quelle manière ils peuvent agir pour la favoriser : économie de l’eau, respect des sols, zéro pesticide et engrais chimique, compostage, plantation et entretien des haies et des arbres, création de micro-habitats, clôture... Une liste détaillée de végétaux adaptés au territoire franciliens est aussi proposée.
    Le Guide du jardin écologique est proposé aux adhérents de Natureparif et aux collectivités sous forme de fichier « prêt à imprimer » personnalisable (logo sur la couverture, éditorial, informations pratiques locales en fin d’ouvrage).




  • Préservation des espaces naturels et agricoles dans les SCoT


    Préservation des espaces naturels et agricoles dans les SCoT

    Dans le cadre du travail partenarial conduit par Etd, le CERTU, des CETE, la FNSCoT et la FNAU sur les conditions de réussite de la phase de suivi d’un SCoT et sur sa mise en œuvre, notamment dans les PLU, Etd a réalisé une nouvelle note sur la mise en œuvre des objectifs de protection des espaces agro-naturels des SCoT. Cette note analyse dans un premiers temps le contenu des différents documents des SCoT sur la thématique, puis présente les différentes postures méthodologiques et techniques des rédacteurs de PLU pour décliner les orientations du SCoT, et enfin étudie les autres politiques et dispositifs mobilisés pour «reprendre » les objectifs du SCoT en la matière.




  • Mettre en œuvre la Trame verte et bleue en milieu urbain


    Mettre en œuvre la Trame verte et bleue en milieu urbain

    La note réalisée par Etd s'inscrit dans le prolongement de ses travaux sur le thème de la nature en ville et du suivi du Plan national « Restaurer et valoriser la nature en ville » et de la nouvelle « Stratégie nationale pour la biodiversité ». A partir de l'analyse d'un panel de 10 territoires précurseurs et innovants dans la mise en oeuvre de Trames vertes et bleues (TVB) en milieu urbain, elle vise à fournir des retours d'expériences et des repères méthodologiques aux territoires, afin d'activer la dynamique Trame verte et bleue en milieu urbain. L'analyse révèle qu'en dépit des difficultés spécifiques liées au milieu urbain et de l'inscription récente (2010) du concept TVB dans le droit français, une vraie dynamique existe néanmoins avec des démarches qui intègrent progressivement les enjeux écologiques, économiques et sociaux de la TVB. Par ailleurs, pour répondre à la nécessité d'une approche transversale et multi-partenariale, et faire de la TVB un véritable outil d'aménagement du territoire urbain, l'étude propose des leviers et des outils à mobiliser : identification et organisation du jeu d'acteurs et des échelles, appui des démarches contractuelles et réglementaires, développement d'une ingénierie humaine et financière, action foncière, acculturation des décideurs et des citadins. Cette note compte 2 parties : une première partie, pose la problématique et les enjeux et fait la synthèse de l'observation. La seconde, conçue comme une boîte à outil technique, comprend 10 fiches-expériences, une par territoire étudié et zoome pour chacun, sur une ou plusieurs actions mises en oeuvre.




  • Intégrer la nature en ville dans le Plan local d’urbanisme - Observation, analyse, recommandations


    Intégrer la nature en ville dans le Plan local d’urbanisme - Observation, analyse, recommandations

    La note réalisée par Etd s'inscrit dans la mise en œuvre du Plan national "Restaurer et valoriser la nature en ville" et décrypte à partir de l'analyse d'un panel d'une dizaine de PLU et PLU intercommunaux innovants, la manière dont les collectivités peuvent se saisir du PLU comme un levier en faveur de la nature en ville.

    L'analyse montre que le PLU est un outil incontournable pour décliner une stratégie territoriale en faveur de la nature en ville, tant dans son processus d'élaboration, véritable opportunité de communication sur les enjeux, que dans l'usage ambitieux et volontariste de sa palette réglementaire. Déclinée au moyen des orientations d'aménagement, des articles du règlement et des sur-zonages graphiques, celle-ci contribue en effet à préserver et développer la nature en ville et à définir les composantes et le dessin d'une trame verte et bleue sur le territoire. De même, le PLU peut s'appuyer sur un panel de démarches stratégiques et opérationnelles, complémentaires pour décliner les orientations non règlementaires du PADD (gestion, sensibilisation, politique de jardins partagés etc.).

    Enfin, outre l'accent mis sur les pratiques innovantes, cette note propose aux collectivités, des pistes pour une meilleure prise en compte de la nature dans leurs politiques urbaines telles, l'optimisation de la mobilisation de la boîte à outils du PLU, son articulation avec d'autres outils, l'ouverture de l'ingénierie à de nouveaux acteurs et compétences.




  • Comment la nature s'intègre dans les politiques des territoires urbains ?


    Comment la nature s'intègre dans les politiques des territoires urbains ?

    Etd publie une note d'observation consacrée à la manière dont une dizaine de villes et de territoires urbains ont intégré la nature dans leurs politiques. Après une première note de synthèse Biodiversité et territoires : la nature et la ville durable, réalisée à la demande du ministère de l'Ecologie, Etd a souhaité approfondir les questionnements posés par la place nouvelle de la nature dans les politiques urbaines.Un travail d'observation et d'analyse des politiques d'une dizaine de territoires urbains a ainsi été réalisé. La note qu'Etd publie aujourd'hui rend compte de cet exercice qui permet de disposer d'éléments d'information pour réfléchir et intégrer la nature dans la définition et la mise en oeuvre des politiques urbaines.




  • Biodiversité et territoires : la nature et la ville durable


    Biodiversité et territoires : la nature et la ville durable

    La prise en compte croissante de l'environnement et la biodiversité renouvelle les approches de l'aménagement et de l'urbanisme tout particulièrement au sein des territoires urbains. La place de la nature est devenue un enjeu central de la nouvelle ville durable.

    Le Grenelle de l'Environnement est l'occasion de renouveler cette approche de la nature de la ville à travers l'engagement n°76 qui prévoit l'élaboration du « Plan restaurer et valoriser la nature en ville » qui sera présenté au printemps.

    A la demande du ministère de l'Ecologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer (MEEDDM), Etd a réalisé une note de synthèse faisant un état des lieux des réflexions, des problématiques et des principales pistes formulées et explorées à l'occasion des rapports, articles et colloques récents sur la nature en ville. Ce travail a donné lieu à une importante exploration bibliographique dont une partie est référencée en fin de note.




  • Recourir au bois local dans la commande publique - Guide de recommandations


    Recourir au bois local dans la commande publique - Guide de recommandations

    En complément de la note Le bois local dans l'urbanisme et la construction, Etd a souhaité apporter un éclairage sur la manière dont les collectivités peuvent favoriser le recours à la filière forêt-bois locale dans le cadre de leurs commandes tout en respectant les exigences du code des marchés publics et de la concurrence.




  • Le bois local dans l'urbanisme et la construction - Pistes d'actions pour développer l'économie des territoires ruraux


    Le bois local dans l'urbanisme et la construction - Pistes d'actions pour développer l'économie des territoires ruraux

    Réalisée dans le cadre du réseau rural national, cette note repose sur l'analyse d'une dizaine d'expériences territoriales conduites à des échelles diverses, principalement en Lorraine, Alsace et Aquitaine ; elle propose des pistes pour lever les freins réglementaires, doper la construction bois, concevoir des référentiels constructifs locaux et accompagner la massification de la demande en construction bois.




  • Guide des achats publics à base de bois


    Guide des achats publics à base de bois

    En tant qu’acheteur public, pourquoi choisir PEFC ? En 2008, PEFC France a réalisé un guide des achats publics à base de bois qui vise à informer tous les acheteurs publics désireux d’accompagner leurs collectivités et administrations dans une démarche de consommation de produits en bois responsable.




  • Municipalité et protection de la nature


    Municipalité et protection de la nature

    Agenda 21*, PADD*, Znieff*, Natura 2000* ou trame verte, les outils de politique environnementale sont déjà multiples pour les municipalités. Alors comment les fiches-actions présentées dans ce document s’intègrent-elles à ces démarches déjà existantes ?
    Il ne s’agit en aucun cas d’alourdir le travail municipal en ajoutant de nouveaux projets. L’objectif est au contraire d’alimenter et, donc de faciliter les démarches déjà existantes.
    Il s’agit de présenter quelques actions qui s’intègreront tout à fait et sont même largement conseillées dans le cadre d’un agenda 21 ou de la rédaction d’un PADD, par exemple.




  • Manuel de restauration hydromorphologique des cours d'eau


    Manuel de restauration hydromorphologique des cours d'eau

    Ce manuel n’a pas été conçu comme un livre de recettes ou de solutions techniques « clés en main ».
    Ce n’est pas non plus un énième manuel sur les méthodes de gestion de la ripisylve ou les techniques de protection végétale des berges. C’est avant tout un ouvrage destiné à alimenter la réflexion et à présenter le champ des possibles, les contraintes à ne pas négliger, les principales règles de dimensionnement à respecter, les pièges à éviter. Il doit amener le lecteur à se poser les bonnes questions face à une situation donnée.




  • La restauration des cours d’eau - Recueil d’expériences sur l’hydromorphologie


    La restauration des cours d’eau - Recueil d’expériences sur l’hydromorphologie

    Ce document pratique vous permettra, nous l’espérons, de mieux appréhender l’intérêt d’agir avec ambition sur les cours d’eau pour participer à une gestion durable et équilibrée de la ressource en eau, intégrée dans un projet local construit avec les acteurs du territoire.




  • Guide de la restauration collective responsable


    Guide de la restauration collective responsable

    Une démarche de restauration dite « responsable » respecte trois règles d'or : qualité, proximité et saisonnalité pour gérer son assiette autrement et favoriser la restauration de la fertilité des sols, relocaliser les systèmes alimentaires - de la production à la consommation - former au goût et à la qualité, préserver la santé, et sécuriser les débouchés pour les agriculteurs locaux. La restauration collective responsable intègre par ailleurs une dimension importante : l’implication dynamique de tous les acteurs du territoire dans le projet de restauration collective, des convives aux agriculteurs, en passant par les élus et les associations environnementales…
    Il ne s’agit donc pas uniquement des démarches de restauration collective basées sur l'alimentation biologique mais aussi d’initiatives associant d'autres produits de qualité, tels ceux issus de l'agriculture durable ou labellisés.




  • Guide "Immeuble au vert- sensibiliser à la biodiversité dans les espaces verts de ma résidence"


    Guide "Immeuble au vert- sensibiliser à la biodiversité dans les espaces verts de ma résidence"

    Ce guide s’adresse en priorité à toute association de résidents (amicale de locataires, conseil syndical de copropriétés,…) souhaitant organiser seule ou avec une aide extérieure, des actions simples et conviviales pour sensibiliser les résidents à la biodiversité dans les espaces verts de leur immeuble.
    Il peut également servir à des bailleurs et à des syndics dans le cadre de programmes de développement local ou de gestion et de valorisation des espaces verts, ainsi qu’à des associations de quartier, ou encore à des structures d’éducation à l’environnement.
    Dans les espaces verts de leur résidence, les habitants pourront se rapprocher de la nature et appréhender la notion de biodiversité à travers des activités ludiques et éducatives, dont certaines sont très simples à mettre en œuvre.
    Observer, photographier, enquêter, inventorier, jouer, construire, protéger… Autant d’approches que l’équipe du GDIE a puisées dans son expérience sur le terrain et qu’elle souhaite faire partager au plus grand nombre.
    La biodiversité est en bas de chez vous. A vous de la faire découvrir à vos voisins !




  • Les oiseaux, le verre et la lumière dans la construction


    Les oiseaux, le verre et la lumière dans la construction

    Nous partageons notre habitat avec les oiseaux. Les agglomérations de l’Europe centrale comprenant des espaces verts hébergent souvent 30 espèces d’oiseaux ou plus. C’est notre devoir de les préserver des dangers évitables.




  • Guide technique Biodiversité et Bâti


    Ce guide vous propose des solutions techniques afin de prendre en compte la biodiversité dans la construction neuve et la rénovation.
    Ces préconisations vont des installations simples comme la pose de nichoirs à des aménagements plus complexes comme la mise en place de toitures ou murs végétalisés.
    Il vous permettra également d’anticiper les risques liés à l’utilisation des surfaces vitrées et à l’éclairage dans le bâti.




  • Trop d’éclairage nuit


    Trop d’éclairage nuit

    Ce projet de brochure de sensibilisation à la pollution lumineuse a vu le jour, en collaboration avec l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes.
    Il ne s’agit pas de s’opposer à tout éclairage artificiel mais de promouvoir des modes d’éclairages doux et raisonnés dans le respect de l’environnement. L’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a également accepté de participer à cette brochure, car la pollution lumineuse, c’est aussi un gaspillage d’énergie : éclairer juste c’est aussi consommer moins.




  • Recommandations pour la prévention des émissions lumineuses


    Recommandations pour la prévention des émissions lumineuses

    La lumière artificielle fait reculer toujours davantage l’obscurité. S’il faut se féliciter de la sécurité accrue qui en résulte en de nombreux cas, on constate aussi des effets dommageables: la contemplation du ciel nocturne n’est plus possible en maints endroits, l’habitat des animaux nocturnes est perturbé, avec des conséquences mortelles pour un grand nombre d’entre eux, le rythme circadien et le système endocrinien de l’homme et des animaux
    subissent des influences négatives. La lumière dispersée inutilement constitue un gaspillage d’énergie et nous prive des émotions que procurent l’ambiance d’un paysage nocturne plongé dans l’ombre. Cette publication
    formule des recommandations sur la façon de remédier aux effets négatifs des émissions lumineuses par des solutions techniques ou des garde-fous juridiques, et d’enrayer du même coup un gaspillage inutile d’énergie
    électrique, sans toutefois réduire la sécurité dont nous avons besoin.




  • Règles Professionnelles pour la conception et la réalisation des terrasses et toitures végétalisées


    Règles Professionnelles pour la conception et la réalisation des terrasses et toitures végétalisées

    Les présentes Règles viennent combler le vide des textes réglementaires, normes NF DTU, Avis Techniques (ou Documents Techniques d'Application) et Cahier des Charges de l’Office des Asphaltes en vigueur, en matière de complexe d’étanchéité et de végétalisation des terrasses et toitures végétalisées.
    Ce document ne traite pas des caractéristiques de complexes de végétalisation qui seraient mis en œuvre sur d’autres ouvrages que ceux d’étanchéité décrits ci-après.
    Les dispositions propres aux toitures-terrasses jardins, caractérisées par des épaisseurs de terre plus importantes et des charges plus élevées, sont indiquées dans le DTU 43.1 (référence NF P 84-204).
    Les présentes Règles concernent les procédés de végétalisation légère des terrasses et des toitures, c’est à dire les végétalisations extensives et semi-intensives.
    Le complexe de végétalisation assure la protection du système d’étanchéité.




  • Neutraliser les pièges mortels pour la faune sauvage


    Neutraliser les pièges mortels pour la faune sauvage

    Cette plaquette est un guide du parfait défenseur de la biodiversité. Elle vous permet d’identifier les pièges existants et d’alerter immédiatement les responsables et, dans certains cas, de neutraliser de suite le dispositif mortel. Grâce à vous des milliers d’animaux seront sauvés. Le Conseil général vous remercie très sincèrement par avance pour tout ce que vous pourrez faire.




  • Chantiers routiers et préservation du milieu aquatique - Management environnemental et solutions techniques


    Chantiers routiers  et préservation du milieu aquatique - Management environnemental et solutions techniques

    Le guide « Chantiers routiers et préservation du milieu aquatique » est destiné prioritairement aux prescripteurs puis aux constructeurs et aux services instructeurs.
    Il vise principalement à rassembler les éléments techniques permettant de prendre en compte les dispositions contenues dans la loi sur l’eau de janvier 1992, intégrées depuis 2001 dans le code de l’environnement (Livre II, Titre 1er), lors de la réalisation des chantiers routiers vis-à-vis notamment :
    • des pollutions des cours d’eau et des nappes souterraines ;
    • des modifications des écoulements superficiels ou souterrains ;
    • des variations du niveau des nappes souterraines.




  • Comment prendre en compte le fonctionnement des espaces ouverts?


    Comment prendre en compte le fonctionnement des espaces ouverts?

    L’enjeu de ce carnet pratique est maintenant de passer du concept régional à une application concrète sur le terrain, et inversement. En effet, toute démarche locale de préservation/valorisation ou, au contraire, de consommation d’espace a des répercussions sur le fonctionnement de la métropole. Si, localement, on interrompt une continuité biologique (par une infrastructure par exemple), cela se répercute sur le système régional des continuités (les animaux doivent trouver d’autres itinéraires de déplacement et cela peut même avoir des conséquences sur la survie de certaines espèces). Autre exemple concret : si, localement, un abattoir est fermé ou
    l’accès à un silo condamné (par des aménagements inadaptés ou une forte augmentation du trafic routier), l’ensemble de la filière agricole peut se voir impactée.
    Chaque démarche locale est une pièce du fonctionnement métropolitain. Chaque prise en compte locale des espaces ouverts participe à la préservation/valorisation du système régional des espaces ouverts.




  • Guide passes à poissons


    Guide passes à poissons

    Faisant suite à la Directive Cadre 2000/60/CE qui prône l’atteinte du « bon état écologique » des cours d’eau pour 2015 (entérinée par la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006) et à la veille des prochains SDAGE, les ambitions en matière d’état des ressources ciblent explicitement la libre circulation des poissons sur les cours d’eau dont ceux concernés par la navigation.
    Pour accompagner les Maîtres d'Ouvrage lors des opérations de restauration des barrages ou de mise en conformité réglementaire de ces ouvrages, VNF a engagé la réalisation du présent guide.




  • Guide des bonnes pratiques pour la protection et la gestion des lisières en milieu urbanisé


    Guide des bonnes pratiques pour la protection et la gestion des lisières en milieu urbanisé

    Par leurs structures verticales et horizontales hétérogènes, les lisières présentent une diversité de micro-habitats, de gradients de température et d’humidité favorables à une diversification de la faune et de la flore, notamment herbacée. Cette diversification est favorisée par l’hétérogénéité de la structure des peuplements arborés et la diversification des espèces d’arbres et d’arbustes. Ainsi, l’objectif recherché vise-t-il à maintenir ou à recréer l’hétérogénéité de la lisière et par conséquent sa richesse écologique.




  • Guide pour la prise en compte de la biodiversité dans la gestion forestière


    Guide pour la prise en compte de la biodiversité dans la gestion forestière

    Le “Guide pour la prise en compte de la biodiversité dans la gestion forestière” que vous propose votre CRPF (Centre Régional de la Propriété Forestière) a pour principale ambition de vous inciter à mieux faire ce que vous faites certainement depuis longtemps. Il veut aussi vous aider à préciser vos connaissances au-delà de celle de vos arbres et des quelques plantes et animaux qui les accompagnent le plus souvent.
    Ces préconisations de gestion concourent à respecter les équilibres biologiques tout en assurant la multifonctionnalité de nos forêts. Elles sont à même de répondre aux nouveaux enjeux de développement durable nécessaires à notre société.




  • Guide d’élaboration du plan de gestion en Seine-Saint-Denis


    Guide d’élaboration du plan de gestion en Seine-Saint-Denis

    Ce guide a été construit sur la base de nombreux échanges avec les gestionnaires afin, d’une part de répondre à leurs attentes et, d’autre part de proposer une démarche commune partagée. Il s’adresse en priorité aux gestionnaires et différents services du Département de la Seine-Saint-Denis. Mais il est également construit de manière à être transmis aux autres gestionnaires publics ou privés et en particulier à ceux intervenant sur les entités du site Natura 2000 de la Seine-Saint-Denis.
    Après une présentation du contexte séquano-dionysien, la démarche est présentée en détail afin de mieux comprendre le plan type proposé. Un cahier des charges type est également présenté en annexe pour faciliter la construction de futurs dossiers de consultation des entreprises.




  • Bâtiment et construction - Pistes pour une transition écologique


    Bâtiment et construction - Pistes pour une transition écologique

    Les propositions qui suivent visent à stimuler les initiatives publiques et privées, la recherche et les expérimentations, sans pour autant imposer de cadre conceptuel unique. Si leur application permettrait sans doute d’améliorer l’état de la biodiversité urbaine et de réduire l’empreinte écologique des projets, elles sont aussi fortement destinées à améliorer le cadre de vie des urbains et à préserver leur santé sur le long terme.




  • Guide des clauses environnementales dans la commande publique


    Guide des clauses environnementales dans la commande publique

    L’efficacité d’un achat passe par la maîtrise de ses composantes, notamment sur le plan des techniques d’achat, de la définition des besoins et de leur mise en œuvre. Cela passe aussi par la compréhension du secteur économique dans lequel se situe l’objet du marché. Ces données doivent être abordées avec humilité car il n’existe pas de recettes « prêtes à l’emploi ». Les achats responsables n’échappent pas à ce constat.
    « Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable », d’après les termes de la loi constitutionnelle de mars 2005 relative à la Charte de l’environnement. Cette promotion requiert une compréhension des enjeux de l’Achat Durable en prenant en compte les critères économiques, environnementaux et sociaux sur tout le périmètre de la commande publique.
    Le développement durable peut être un critère à part entière et/ou un élément imposé dans le cahier des charges. Les conséquences de l’introduction de ce critère doivent également être prises en compte. Pour contribuer à l’efficacité et à la performance de l’achat, il doit être intégré complètement et ne pas être mis comme quelque chose à part sous peine d’en perturber les résultats. La recherche d’un équilibre entre l’ensemble de ces éléments est donc nécessaire car il y a de nombreux « faux amis » dans ce domaine qui peuvent conduire à des résultats contradictoires.
    Des leviers sont à disposition pour réussir des achats publics respectueux du développement durable au titre desquels figure notamment la référence aux clauses environnementales.
    Celles-ci tiennent une place privilégiée dans la démarche globale indispensable pour réaliser un achat public durable et notamment dans les équilibres à trouver entre la qualité des prestations et les différents coûts immédiats, différés, économiques et environnementaux.




  • Guide de l’achat éco-responsable (2010)


    Guide de l’achat éco-responsable (2010)

    Ce guide est destiné aux acheteurs qui, conformément aux orientations définies par le Conseil Général du Bas-Rhin dans le cadre de son Agenda 21, sont amenés à prendre en considération la protection de l’environnement dans les marchés publics qu’ils passent et exécutent.
    En réponse à huit questions clés, les acheteurs trouveront dans ce document les éléments indispensables à une prise en compte efficace des considérations environnementales, et à ce titre, les étapes clés de la passation des marchés ainsi que quelques conseils pratiques destinés à compléter leur propre information sur le sujet.
    Le guide s’applique en priorité aux marchés de fournitures. Cependant, la méthodologie préconisée peut être transposée aux marchés de prestations de services et de travaux.




  • Guide pratique - Conception et gestion écologique des cimetières


    Guide pratique - Conception et gestion écologique des cimetières

    Natureparif a voulu, dès sa création, sensibiliser sur les dangers des pesticides et accompagner les collectivités dans la mise en œuvre d’une gestion écologique et différenciée de leurs espaces. C’est un axe essentiel de son action, car les pollutions aux nitrates et aux pesticides comptent parmi les deux principales causes de perte de la biodiversité en Île-de-France – la seconde étant la disparition et la fragmentation des habitats naturels dues à l’urbanisation et aux infrastructures. Si en la matière, la principale responsabilité incombe à l’agriculture intensive, celle des zones non agricoles n’est pas nulle : les collectivités, les entreprises et les jardiniers amateurs utilisent désherbants, insecticides et fongicides, ce qui a un impact certain sur la biodiversité, l’environnement et la santé humaine... 
    L’usage urbain des pesticides, souvent répandus sur la voirie et lessivés à la première pluie, représente jusqu’à 30 % de la contamination de l’eau. Aux enjeux environnementaux s’ajoutent donc des enjeux économiques. Ceux et celles qui ont la charge de gérer l’approvisionnement en eau potable des presque 12 millions de Franciliennes et Franciliens connaissent le coût de la dépollution d’une ressource (entre 640 et 1 140 M€/an d’après le CGDD1) qui nous était fournie pure par la nature il y a encore un demi-siècle.
    Les cimetières sont souvent la dernière difficulté dans la mise en place de pratiques sans intrants chimiques et plus respectueuses de l’environnement. Une conception très minérale et une perception des « herbes folles » liées au sentiment d’abandon en sont la cause. La diversité des personnes qui interviennent dans la gestion - collectivité, entreprises de pompes funèbres, familles des défunts - complexifie encore plus la démarche de transition écologique.
    La conception nouvelle des cimetières ou de leur extension peut grandement faciliter le changement. L’application au quotidien des principes de la gestion écologique des espaces publics offre aux citadins un regard renouvelé sur les cimetières, digne et respectueux des défunts mais aussi un nouvel espace d’accueil de la faune et de la flore, de contemplation et de promenade calme, sain et agréable.
    L’objectif de ce guide est de donner les clés essentielles aux collectivités et aux professionnels pour concevoir et gérer différemment leur cimetière tout en respectant la réglementation actuelle, souvent méconnue. De la conception à la gestion, en passant par la communication, tous les éléments présentés ici sont le fruit de la synthèse de nombreux ouvrages, fiches techniques, expériences, et rencontres sur le sujet en France et en Europe.



Autres


  • Actes de la rencontre «Les espèces envahissantes : questions d’écologie et de gestion»


    Actes de la rencontre «Les espèces envahissantes : questions d’écologie et de gestion»

    Gestionnaires d’espaces naturels, techniciens de collectivités, scientifiques, associatifs… Ils étaient plus de 150 réunis les 28 et 29 juin 2011 à l’invitation de Natureparif pour aborder la question des espèces envahissantes en Ile-de-France, tant sur le plan de l’écologie que de la gestion.




  • Forêt : Quelques indicateurs


    Forêt : Quelques indicateurs

    Recueil d'indicateurs sur la forêt française et francilienne.




  • Actes du colloque «Pour un meilleur partage des usages de la forêt»


    Actes du colloque «Pour un meilleur partage des usages de la forêt»

    A l’occasion de l’Année internationale de la forêt 2011, Natureparif et l’Office National des Forêts, avec le concours du CNPF, de l’IFN et le soutien de la Ville de Paris, se sont associés pour proposer le colloque international « Pour un meilleur partage des usages de la Forêt ». L’objectif était de confronter les expériences multiples autour de la gestion multifonctionnelle pour offrir des enseignements sur la gestion de la biodiversité en général.
    Ce colloque, a donné la parole à de nombreux acteurs de la forêt (élus, forestiers publics ou privés, naturalistes, scientifiques, usagers, etc.) travaillant à des échelles de territoire différentes parmi lesquels; Hervé Gaymard, président du conseil d'administration de l’Office national des forêts ; Christophe Besacier, expert forestier à la FAO ou encore Katia Karousakis, économiste de l’Environnement à l’OCDE.
    Cinq tables rondes ont rythmé les deux journées autour de thèmes tel que "Perception et représentations de la forêt à travers l'histoire et les continents" ; "Comment maintenir l’écosystème « forêt » en bon état ?" ou "Quelle économie pour la forêt ?"
    La forêt offre un exemple ancien et continu de recherche d’équilibre entre les usages, de tentatives d’arbitrage entre ses différents acteurs. Ainsi, en France, la gestion forestière affiche un objectif de gestion durable dont on retrouve les premières traces loin dans l’histoire (en 1291, Philippe Le Bel créait les maîtrises des Eaux et Forêts et en 1346, par l’Ordonnance de Brunoy, Philippe VI de Valois demandait déjà aux maîtres des Eaux et Forêts de gérer les bois et forêts de façon à ce qu’elles « se puissent perpétuellement soutenir en bon état ».
    A l’heure où se mettent en place les Plans climat, où la filière bois entend se structurer afin de prendre un nouvel élan, où les forêts sont appelées à répondre au besoin de nature des habitants de notre planète qui seront de plus en plus nombreux, où elles constituent des habitats indispensables à de nombreuses espèces faunistiques et floristiques, la question du partage des usages de la forêt se pose avec une acuité toute particulière.
    Ce colloque visait à présenter des expériences réussies mises en œuvre au plan national ou à l’étranger, à valoriser le savoir-faire historiquement acquis, notamment en Île-de-France, en matière de gestion des forêts en milieu périurbain, et à donner des pistes d’intégration de la question de la biodiversité forestière avec d’autres thématiques d’intérêt global.




  • Label EcoJardin


    Label EcoJardin

    Le label EcoJardin est un outil de communication et de reconnaissance à destination du public, des équipes d'entretien et des élus.
    Les principes de base du label sont les suivants :
    Un label par site, qui s’assure toutefois que le gestionnaire du site est bien engagé dans une démarche globale de gestion écologique
    Des audits réalisés par des organismes externes compétents et indépendants et basés sur des grilles d’évaluation communes
    L’engagement dans une démarche d’amélioration continue




  • Actes de la rencontre «Construction et biodiversité»


    Actes de la rencontre «Construction et biodiversité»

    Près de 150 participants ont assisté à la rencontre «Construction & biodiversité» organisée par Natureparif mardi 20 mars 2012 à Paris. 15 intervenants venus de Suisse, de Belgique et de France ont témoigné de leur action pour l’amélioration des pratiques dans le secteur du bâtiment, avec des angles d’approche complémentaires.
    A l’heure où « l’efficacité énergétique » occupe le devant de la scène, les participants ont envoyé un message fort soulignant que l’on ne peut pas faire d’écologie ni d’éco-construction sans s’intéresser à la biodiversité.
    Cette rencontre a été la vitrine de plusieurs démarches innovantes. Outre l’ouvrage publié par Natureparif, la Ligue pour la Protection des Oiseaux Isère a présenté les fiches « bâti et biodiversité » tandis que l’Université Catholique de Lille à développé, en partenariat avec Norpac, une plateforme web «construisons la biodiversité positive». Ces trois approches complémentaires fournissent des bases solides aux acteurs demandeurs d'outils méthodologiques et pratiques.
    Les objectifs de cette journée consistaient à montrer que la question de la biodiversité dans les bâtiments ne se limite pas à quelques aménagements pour accueillir faune et flore, mais concerne aussi la « biodiversité grise », impactée à travers la mobilisation des matériaux et de l’énergie. Françoise-Hélène Jourda, architecte, a souligné l'importance de l'éco-conception du bâti, qui nécessite aussi des changements profonds sur la manière d'envisager l'acte de bâtir et "le désir de laisser sa trace, qui se révèle souvent en fait une cicatrice dans un tissu urbain qui doit pouvoir évoluer".
    En réunissant les acteurs de toute la filière, Natureparif souhaitait aussi croiser les compétences, ce qu’a salué l’association HQE qui clôturait la journée, ouvrant la voie à une évolution des normes et démarches en faveur de la biodiversité.




  • Impact de la pollution lumineuse sur la biodiversité. Synthèse bibliographique


    Impact de la pollution lumineuse sur la biodiversité. Synthèse bibliographique

    La pollution lumineuse est un phénomène connu depuis longtemps et qui est directement lié au développement de l’urbanisation et à une occupation du territoire par les activités humaines de plus en plus denses. Les astronomes ont été les
    premiers à alerter l’opinion publique sur la photopollution dès les années 80.
    Les naturalistes, notamment les ornithologues avaient déjà remarqués depuis très longtemps que certains types de lumières avaient des conséquences tout à fait désastreuses pour l’orientation des oiseaux migrateurs et pouvaient occasionner des mortalités conséquentes (Kumlien, 1888, Munro, 1924, Lewis 1927…).
    Ce n’est qu’à partir des années 90 que le sujet a fait l’objet d’une véritable préoccupation et que des études ont été menées un peu partout dans le monde. Ceci conduit à une véritable prise de conscience y compris des professionnels de l’éclairage qui ont élaborés des normes pour minimiser l’impact de l’éclairage urbain notamment.
    Pour situer l’importance du phénomène, il faut considérer que près de 20% de la surface du globe peut être considérée comme atteinte par la pollution lumineuse. Ce problème de pollution lumineuse est devenu tellement prégnant qu’un atlas mondial de la pollution lumineuse a même été édité (Cinzano & al. 2001).
    Ce phénomène affecte de façon très sensible la biologie des animaux en modifiant le cycle naturel de la lumière et de l’obscurité au cours de la journée. Elle affecte également les comportements migratoires, les activités de compétition inter-spécifiques, les relations proies prédateurs et altère leurs physiologies. Beaucoup moins « médiatisées » les conséquences sur les végétaux.




  • Actes du colloque «Trame verte, trame bleue : Les continuités de la vie»


    Actes du colloque «Trame verte, trame bleue : Les continuités de la vie»

    Ce colloque, qui s'est déroulé les 28 et 29 avril 2009, au Muséum National d'Histoire Naturelle, partenaire de l’évènement et en collaboration avec la Fédération des PNR et du MEEDDAT a été bien accueilli, tant par le public que par les intervenants.




  • Actes de la rencontre «Friches urbaines et biodiversité»


    Actes de la rencontre «Friches urbaines et biodiversité»

    Plus de 100 personnes ont participé vendredi 18 novembre 2011 à la rencontre consacrée aux friches urbaines et à leur rapport à la biodiversité. Organisée par Natureparif avec le Département de la Seine-Saint-Denis et Plaine Commune, avec le soutien d’Audrey Muratet, chercheur au Muséum national d’Histoire naturelle, cette journée s’est déroulée sous le petit chapiteau de bois de l’Académie Fratellini, lieu chaleureux et idéal pour aborder les questions de gestion, d’usages et de prise en compte de l’existant dans ces îlots de biodiversité que sont les friches au cœur des villes. En fin de journée, une visite a d’ailleurs été organisée sur une friche de l’Académie.
    Les objectifs de la journée étaient d’apporter l’analyse des scientifiques sur la richesse floristique et faunistique de ces espaces qui du fait de l’absence ou de la limitation des activités humaines deviennent des îlots naturels au cœur des villes.
    Les retours d’expériences de trois collectivités ont montré que les approches vis-à-vis de la prise en compte et de la gestion ou non des friches sont nombreuses et diffèrent selon les territoires et leur histoire : prise en compte de l’existant dans les aménagements pour Plaine Commune, enrichissement de la trame verte à Montpellier, outil de mutation urbaine à Roubaix.




  • Actes de la rencontre «Sols vivants»


    Actes de la rencontre «Sols vivants»

    Les sols assurent des fonctions indispensables à la vie sur terre. Support des plantes, ils sont un réservoir de fertilité pour leur croissance. Ils stockent, filtrent et épurent l’eau grâce aux micro-organismes abondamment présents et à la lente percolation vers les nappes phréatiques. Ils absorbent une très grande quantité de carbone et sont aussi le siège des grands cycles de la matière. Une cuillère de sol contient des milliers d’organismes ! Pour l’essentiel microscopiques, ordinaires voire encore inconnus, mais qui jouent un rôle-clé dans le fonctionnement des sols.
    Aujourd’hui, les alertes se multiplient face à la montée des pressions sur les sols. C’est pourquoi Natureparif, l’agence pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, a organisé cette rencontre entre gestionnaires, experts et scientifiques sur ces thèmes afin d’échanger sur l'état des lieux et les expériences, éclairer autant que possible les pratiques et les décisions des intervenants publics comme privés, ouvrir des perspectives de coopération entre ces différents acteurs.
    Plus d’une centaine de personnes sont venues assister aux présentations et aux échanges de cette journée. La première partie de la rencontre a été vouée à la connaissance. Après un focus sur la législation, les sols ont été abordés par grands milieux. Pour conclure, la question des indicateurs de suivi a été abordée, nécessaires pour bien gérer et fournir aux politiques des informations adaptées à la prise de décisions.




  • Actes de la rencontre «L’objectif zéro pesticide et les espaces à contraintes»


    Actes de la rencontre «L’objectif zéro pesticide et les espaces à contraintes»

    Plus de 120 personnes ont participé à la Rencontre organisée par Natureparif le 23 mars autour de la question de la réduction voire l’arrêt de l’usage des pesticides dans les cimetières, jardins historiques, terrains sportifs d’honneur, golfs…
    Il ressort des différentes interventions et des échanges que si la prise de conscience est faite et que globalement la réduction est engagée, l’objectif d’un arrêt total de l’usage des pesticides demeure difficile à atteindre pour de nombreuses collectivités sur ces espaces, du fait de contraintes d’usage particulières.
    Pour autant, la présence et la participation importantes d’agents territoriaux, de gestionnaires d’espaces verts, de responsables associatifs et d’élus locaux à cette rencontre francilienne est un signe positif, qui encourage à poursuivre et relever ensemble ce défi pour la qualité de l’environnement et la biodiversité.




  • Exposition "Zéro pesticide dans nos villes et nos villages !"


    Exposition "Zéro pesticide dans nos villes et nos villages !"

    Les pesticides sont présents partout dans l'environnement : Ils polluent l'eau, l'air, la pluie, les sols et les organismes vivants. Ces pollutions sont principalement d'origine agricole, mais pas uniquement : les communes et les particuliers utilisent également des pesticides. Or, lorsque ces substances sont employées en milieu urbain, elles sont massivement entraînées par la pluie vers les rivières.
    Cette exposition a été acquise auprès de Loiret Nature Environnement (www.loiret-nature-environnement.org). Elle a été réalisée dans le cadre de l'opération "objectif zéro pesticides" initiée par Loiret Nature Environnement, la Fredon Centre et les jardiniers de France avec le soutien financier de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne, du Conseil régional, du conseil général, du ministère de la santé, du ministère de l'agriculture, de la lyonnaise des Eaux et de la fondation Nature et Découvertes.
    Natureparif, l'agence régionale pour la nature et la biodiversité en Ile-de-France, assure la diffusion de cette exposition pour encourager les communes à atteindre, à terme, l'objectif zéro pesticide.




  • Actes du colloque «Biodiversité, les mots pour convaincre»


    Actes du colloque «Biodiversité, les mots pour convaincre»

    En mai 2010, Natureparif organisait son colloque annuel sur le thème « biodiversité, les mots pour convaincre ». Ce petit livre restitue les principaux enseignements des débats en donnant aux élus locaux, aux chefs d’entreprise, aux responsables administratifs ou aux journalistes, les clés pour sensibiliser leur auditoire à la biodiversité. Avec un objectif : convaincre par les mots pour mieux convaincre d‘agir en faveur de la biodiversité.




  • Exposition "Île-de-France, Île nature"


    Exposition "Île-de-France, Île nature"

    Qu’est ce que la biodiversité ? A quoi sert elle ? Comment la préserver ? Cette exposition itinérante composée de 4 panneaux recto-verso vous fera découvrir la nature et la biodiversité en Ile-de-france. Elle est prêtée gratuitement aux collectivités et aux associations.




  • Cahier-découverte biodiversité


    Cahier-découverte biodiversité

    Natureparif a mis l’action pédagogique envers ses différents publics au cœur de sa mission. Depuis sa création en 2008, l’agence a doté ses adhérents de quatre expositions et continue à concevoir des outils pédagogiques variés. Afin d’aider les acteurs franciliens à sensibiliser le public scolaire, Natureparif crée un cahier-découverte sur la biodiversité pour les CM2, « prêt-à-imprimer ».
    Ce cahier-découverte, proposé gratuitement aux collectivités franciliennes, permet aux écoliers de découvrir la biodiversité, ses enjeux et les bons comportements à adopter grâce à des jeux et exercices adaptés. Il aborde 12 thèmes, de la notion d’êtres vivants à la place de l’homme dans la biodiversité, en passant par les espaces protégés, le patrimoine, ou la nature ordinaire. L’enfant est alors incité à devenir ambassadeur de la biodiversité. Les jeux et exercices illustrant chaque thème servent de support d’une part aux thèmes abordés durant l’année scolaire et d’autre part aux messages de compréhension et de préservation de la biodiversité adaptés à cette classe d’âge.
    Le cahier-découverte est proposé aux adhérents de Natureparif et aux collectivités sous forme de dossier « prêt à imprimer », en vue d’une diffusion d’ici les vacances scolaires d’été. Il pourra également être mis à disposition tout au long de l’année pour les enseignants ou les parents qui voudraient l’utiliser pour accompagner une démarche de sensibilisation et d’apprentissage.




  • Manuel «Jardiner au naturel avec les enfants»


    Manuel «Jardiner au naturel avec les enfants»

    Cet ouvrage, tel un outil pédagogique, s’adresse aux animateurs, éducateurs, aux enseignants et à tous ceux qui souhaitent confier aux enfants la création d’un « espace nature » sous la forme d’un jardin.
    Dans cet espace, les enfants vont pouvoir jardiner écologiquement et de façon originale : expérimenter, observer, faire pousser, mettre en oeuvre, tester, jouer, palper, créer, agir !
    13 chapitres et 22 fiches techniques permettant d'aborder l'activité du jardinage sous plusieurs angles : scientifique, artistique, ludique, technique et culinaire !




  • Conférences publiques Natureparif


    Conférences publiques Natureparif

    Tous les mois, Natureparif organise une conférence grand publique sur des thématiques tels que le biomimétisme, les libellules dans la ville, l'éco-construction...




  • Actes de la rencontre «Les espaces verts des bailleurs : une chance pour la nature en ville ?»


    Actes de la rencontre «Les espaces verts des bailleurs : une chance pour la nature en ville ?»

    Natureparif publie les actes de la rencontre « Les espaces verts des bailleurs : une chance pour la nature en ville ? » qui s’est tenue le 27 mai 2011 à Montreuil.
    Les bailleurs sociaux – entreprises ou offices publics en charge du logement locatif financé sur fonds publics - sont propriétaires de nombreux espaces verts. Ceux-ci représentent autant d’opportunités d’amélioration et de valorisation de la nature en ville, qu’il s’agisse de fonction récréative et d’agrément, d’éducation à l’environnement, d’agriculture urbaine et d’action sociale (jardins partagés ou familiaux) ou encore de réduction des pollutions (objectif zéro pesticide et gestion différenciée des espaces verts). Retrouvez dans cet ouvrage et en ligne les présentations des intervenants et participants.




  • Actes de la rencontre «Écologie urbaine et sciences participatives»


    Actes de la rencontre «Écologie urbaine et sciences participatives»

    Depuis une dizaine d’année, les « sciences citoyennes » ou « sciences participatives » établissent des liens entre amateurs et scientifiques en faisant participer ces naturalistes amateurs ou néophytes à des programmes d’observation de la biodiversité.
    La journée technique organisée par Plante & Cité, Natureparif et la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise vendredi 12 juin 2012 a permis de présenter des résultats de programmes de recherche qui, s’appuyant sur les sciences participatives, contribuent à une meilleur connaissance de la biodiversité et de l’écologie des populations et des espèces.
    Des sciences participatives qui constituent un outil majeur de sensibilisation des différents publics (amateurs, professionnels) et d’évaluation de la biodiversité, notamment dans le cadre de changement des pratiques mises en œuvre par les gestionnaires d’espaces verts.




  • La Fête de la Nature


    La Fête de la Nature

    La Fête de la Nature a été créée en 2007 sur l’initiative du Comité Français de l’Union Internationale de Conservation de la Nature et du magazine Terre Sauvage avec pour l’objectif de, tous ensemble, célébrer la nature chaque année.
    La Fête de la nature, ce sont 5 jours de manifestations gratuites au contact direct de la nature, pour permettre à tous les publics de la découvrir ou la re découvrir.
    Des milliers de manifestations sont ainsi organisées par les associations de conservation et d’éducation à la nature, les collectivités locales, les établissements scolaires, les entreprises, les particuliers… sur tout le territoire français, en métropole et en Outre-mer, dans les villes comme à la campagne, mais aussi en Suisse, au Portugal, aux Pays-Bas.
    La Fête de la Nature se déroule chaque année au mois de mai, à une date proche (sauf exception) du 22 mai, date de la journée internationale de la biodiversité.
    Depuis 2009, la Fête de la nature est coordonnée en France par l’association éponyme, qui rassemble l’ensemble des organisateurs nationaux et partenaires de l’évènement et œuvre pour accompagner les organisateurs de manifestation et porter la communication nationale de l’évènement.




  • La boite à outils "zones humides"


    La boite à outils "zones humides"

    La mise en place de la politique de préservation et de restauration des zones humides, ainsi que l’application des différents textes de lois impliquent une identification, une caractérisation de ces milieux, ainsi qu’une structuration des données relatives aux inventaires, avec des méthodes homogènes et validées.
    Afin de répondre au mieux à ces questions, l’agence de l’eau Seine Normandie avec l’aide du Forum des Marais Atlantiques, réalise une boîte à outils relative aux méthodes de cartographie, de délimitation, de caractérisation, d’inventaire, de gestion et de suivi des zones humides, sur la base d’une synthèse des méthodes existantes et sur l’analyse des expériences menées sur le terrain. Des fiches communicantes seront réalisées et un outil pour saisir les données d’inventaire sera proposé.
    Cette boîte sera diffusée largement à tous les acteurs concernés : maîtres d’ouvrage, animateurs de SAGE, de contrats ruraux ou globaux…
    Pour la bonne réalisation de ces travaux, l’agence réunit l’ensemble des structures s’intéressant aux zones humides dans le bassin Seine Normandie, pour valider les résultats dans le cadre d’un comité de pilotage élargi.




  • Guide juridique et pratique sur la gestion des cours d'eau et des milieux humides


    Guide juridique et pratique sur la gestion des cours d'eau et des milieux humides

    Conçu sur la base d’une large concertation avec les acteurs du bassin hydrographique Seine-Normandie, le guide vise à aider les maîtres d’ouvrage dans le volet juridique de leur travail de reconquête des milieux aquatiques.
    Composé de 22 fiches réalisées par type de travaux, l’ouvrage aborde, sans prétendre à l’exhaustivité, les nombreuses procédures concernant la gestion des milieux aquatiques et humides en particulier les procédures au titre de la loi sur l’eau.
    Les fiches présentent la réglementation en vigueur, illustrée, le cas échéant, de références jurisprudentielles qui apparaissent le plus souvent comme autant d’exemples pratiques.




  • Charte chantiers à faibles nuisances


    Charte chantiers à faibles nuisances

    La Région Île-de-France invite les maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage à observer pour leurs chantiers les mesures suivantes en matière de chantiers :

    - la charte de chantier à faibles nuisances que la Région applique pour ses lycées
    ou
    - l’atteinte de la cible 3 du référentiel HQE
    ou
    - tout autre référentiel équivalent en référence au projet PREDEC




  • Les lisières forestières


    Les lisières forestières

    Les lisières sont des bandes de végétation marquant la transition entre un milieu boisé et un milieu ouvert. Elles sont par définition présentes partout où il y a des milieux boisés mais peuvent être très différentes les unes des autres.




  • Diagnostic de la biodiversité en Île-de-France


    Diagnostic de la biodiversité en Île-de-France

    Le diagnostic est proposé par Natureparif. Il passe en revue l’état de santé et les enjeux qui caractérisent les différents types d’habitats existants dans notre région, et la biodiversité qui y est associée, pour le début de la deuxième décennie du XXeme siècle. Il a vocation à constituer le socle commun préalable à la révision de la Stratégie Régionale de la Biodiversité, prévue en 2013.




  • Application smartphone « Passeport Biodiversité Île-de-France »


    Application smartphone « Passeport Biodiversité Île-de-France »

    Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, lance une toute nouvelle application iPhone et Android pour permettre au grand public de partir à la découverte des richesses naturelles de l’Île-de-France !
    Disponible dès aujourd’hui gratuitement sur l’AppStore et le Google Play, l’application « Passeport Biodiversité Île-de-France » offre au grand public la possibilité de géolocaliser et d’accéder aux informations concernant tous les évènements ayant trait à la nature en Île-de-France (que ce soit les sorties et animations nature à réaliser en famille, les évènements dans les parcs et jardins franciliens, les expositions sur la biodiversité, les maisons de la nature et de l’environnement…) à proximité de chez eux tout au long de l’année !




  • Actes de la rencontre "Talus ferroviaires & biodiversité"


    Actes de la rencontre "Talus ferroviaires & biodiversité"

    Les talus ferroviaires qui nécessitent un entretien régulier font l’objet de nouveaux modes de gestion, plus écologiques, notamment grâce à l’apport du savoir-faire d’associations d’insertion.
    Comment cette gestion qui vise à la valorisation des talus en tant que corridors écologiques peut elle participer à la préservation de la biodiversité et à la mise en oeuvre de la trame verte et bleue en Île-de-France ?
    Ces opérations d’aménagement et d’entretien nécessitent un partenariat soutenu entre propriétaire, gestionnaire, collectivités et associations. Quels sont les implications et avantages d’un entretien écologique de ces talus pour les différents partenaires ? Quelles sont les meilleures pratiques de gestion écologique mises en oeuvre sur les continuités ferroviaires ?
    Depuis sa création en 1994, l’association Espaces s’est donnée pour mission d’expérimenter une gestion écologique des espaces naturels urbains et périurbains de l’ouest de Paris grâce à des techniques appropriées, en vue notamment d’améliorer les qualités paysagères et écologiques des sites. Cette gestion des espaces se fait dans le cadre de chantier d’insertion socioprofessionnelle.
    L’association mène en particulier depuis 2006, en partenariats avec RFF, la SNCF et le Conseil régional d’Île-de-France, un travail d’entretien et d’aménagement de tronçons de la Petite ceinture parisienne (14e, 15e et 17e arrondissements), ainsi que des talus et gares ferroviaires de la ligne L du transilien. Plus ponctuellement, dans le cadre de partenariat avec des collectivités, des talus ou abords de gares sont également gérés par l’association Espaces : Paris 16e, Courbevoie, Suresnes, les talus du tramway T2 à Meudon, etc.
    Pour toutes ces raisons, l’association Espaces a souhaité organiser, avec Natureparif et en partenariat avec le Conseil régional d’Île-de-France, RFF, la SNCF, Chantier École et la Ville de Courbevoie cette journée « Talus ferroviaires et biodiversité » afi n d’aborder les différents enjeux de la gestion des talus ferroviaires et de la préservation de la biodiversité et faire se rencontrer l’ensemble des acteurs concernés par cette question.




  • La Charte de l'Eclairage durable


    La Charte de l'Eclairage durable

    La Charte de l’Eclairage durable lancée par Noé propose un ensemble de bonnes pratiques pour un éclairage public qui répond aux attentes des citoyens, respecte la biodiversité et prend en compte les enjeux sociétaux liés au développement durable. Elle incite à une prise en compte de l’ensemble du cycle de vie des projets d’éclairage, pour optimiser le bilan environnemental global de l’éclairage public. La Charte de l’Eclairage durable s’inscrit dans une approche globale de gestion d’un parc d’éclairage et s’appuie sur les outils de référence déjà à disposition des collectivités pour des thèmes mieux connus (urbanisme lumière, sobriété énergétique, recyclage, etc.).

    Au service des élus et de leurs équipes techniques, la Charte les accompagne tout au long du processus d’adaptation de l’éclairage, depuis l’établissement du diagnostic en impliquant toutes les parties prenantes, jusqu’à la valorisation de la démarche auprès des citoyens. Elle les guide aussi pour faire face aux enjeux et au cadre institutionnel réglementaire liés à la biodiversité : normes actuelles, démarches françaises et européennes telles que l’Atlas de la biodiversité dans les communes (ABC), la Trame verte et bleue (TVB), etc.




  • Règlement d'attribution des aides régionales pour la biodiversité


    Règlement d'attribution des aides régionales pour la biodiversité
    Le 26 septembre 2013, le Conseil Régional a adopté sa nouvelle stratégie pour la biodiversité en Île-de- France. Cette nouvelle stratégie oriente les interventions de la Région en faveur des priorités qui découlent de la convergence des engagements nationaux en faveur de la biodiversité, des politiques européennes, du schéma régional de cohérence écologique approuvé par le conseil régional le 26/09/13 et arrêté par le préfet le 21/10/13, ainsi que de la spécificité des territoires de la région Île-de-France. Elle vise notamment à assurer une gouvernance, un suivi et à se doter de moyens de mise en oeuvre à travers les différentes politiques régionales.
    Cette stratégie vise à encourager les acteurs franciliens dans la mise en oeuvre de leurs projets en faveur de la biodiversité et à poursuivre des objectifs ambitieux. A ce titre, elle conditionne l’attribution des aides à l’adhésion à la Charte régionale de la biodiversité animée par Natureparif.




  • Financements en Île-de-France pour la réduction de l’usage des produits phytosanitaires dans les zones non agricoles


    Financements en Île-de-France pour la réduction de l’usage des produits phytosanitaires dans les zones non agricoles
    Ce guide est diffusé dans le cadre de ce plan, mis en oeuvre régionalement par la DRIAAF Îlede-
    France en collaboration avec plusieurs partenaires.
    Il a pour objet de présenter aux collectivités territoriales de la région les financements dont
    elles peuvent bénéficier pour mettre en place des programmes de réduction d’usage des
    produits phytosanitaires.
    Au niveau de la région, l’agence de l’eau Seine-Normandie, la Région et les Conseils
    généraux apportent des appuis et aides financières pour la réalisation de tels programmes :
    réalisation d’audits des pratiques, élaboration de plans de désherbage ou de gestion
    différenciée, conception d’actions de communication, utilisation de matériel de techniques
    alternatives, etc.
    Chaque structure adopte ses propres règles concernant la détermination de ces aides.
    Néanmoins, le taux cumulé des aides publiques ne peut pas dépasser 80% du montant hors
    taxe des travaux.



Rolex répliques de montres suisses de luxe air max france boutique en ligne