Ressources d'un engagement

Structure

Subvention

  • Agence de l'Eau Seine-Normandie (AESN)

    L'Agence de l'eau Seine-Normandie est un Etablissement Public du ministère de l'écologie dont la mission est de financer les actions de protection des ressources en eau et de lutte contre les pollutions.

  • Région île-de-france

    Institution aux responsabilités variées, le conseil régional bâtit son action autour de six priorités : transports, développement économique, logement, éducation, formation et environnement.

  • Conseil Général de l'Essonne

    Premier partenaire financier des communes et des intercommunalités pour la préservation de la nature, le Conseil général de l’Essonne dispose, à travers ses compétences en matière d’Espaces Naturels Sensibles (ENS), d’un levier efficace pour inciter à un développement durable et équilibré des territoires.

  • Conseil Général de Seine-et-Marne

    A partir de l'année 2007, le Département a mis en place des éco-conditions au financement dans le domaine de l'eau potable imposant au demandeur de subvention l'entrée dans une démarche de réduction des produits phytosanitaires et une amélioration des performances des réseaux d'eau potable. En 2012, elles ont été élargies au domaine de l’assainissement afin d’éco-conditionner les communes urbaines non financées pour l’eau potable.

  • Département du Val d'Oise

    Le département du Val d'Oise propose des subventions sur la reconquête des milieux aquatiques et de la biodiversité, la protection et valorisation des espaces naturels sensibles locaux, l'acquisition et aménagement d'espaces verts...

Conseil, Expertise, Information

  • Natureparif

    L'Agence régionale pour la nature et la biodiversité d'Île-de-France a été créée en 2007 à l'initiative du conseil régional, avec le soutien de l'Etat et des acteurs de la diversité biologique francilienne. Structure d'échange entre le monde associatif, scientifique, institutionnel et les entreprises, Natureparif met en réseau au niveau régional les différents organismes et poursuit deux objectifs : contribuer à une meilleure connaissance et à la mise en valeur de la biodiversité francilienne et conduire les institutions et les entreprises à mieux prendre en compte la biodiversité dans leurs activités et leurs projets.

Site Internet

Conseil, Information

  • Mission Gestion Différenciée Nord-Pas de Calais

    Lancée en 1999, la Mission Gestion Différenciée Nord-Pas de Calais est pilotée aujourd’hui par l’association, Nord Nature Chico Mendès.

  • L’objectif «zéro pesticide» et les collectivités d’Île-de-France

    Les pesticides (désherbants, insecticides, fongicides…) figurent parmi les principales causes de perte de la biodiversité en Ile-de-France, et si la responsabilité incombe en grande partie à l’agriculture intensive, les collectivités, les entreprises et les particuliers utilisent ces produits, ce qui a un impact certain sur l’environnement et sur la santé humaine.
    La cartographie de l’objectif « zéro pesticide » établie par Natureparif a pour but de valoriser les collectivités territoriales franciliennes qui se sont engagées dans une démarche de progrès : réduction, voire arrêt total ou partiel de l’usage des pesticides sur les espaces dont elles ont la responsabilité directe (via les services techniques) ou indirecte (sous-traitance à des prestataires de service).

Guide

Conseil, Information

  • Guide de gestion différenciée à l'usage des collectivités

    Ce guide, édité par Natureparif, a pour objectif de sensibiliser et amener les communes à entamer une réflexion sur leurs pratiques et à essayer de les faire évoluer en proposant des techniques alternatives pour une meilleure gestion de l’environnement (amélioration de la qualité des milieux et amélioration de la qualité de vie des êtres vivants).

    Le guide, présenté sous forme de fiches pratiques, est divisé en 3 grandes rubriques :
    - les problématiques (désherbage, gestion des milieux herbacés, fleurissement, voirie et bâti, gestion du cours d’eau, l’arbre en ville, espèces indésirables)
    - les réponses différenciées
    - les outils

    Ces différentes rubriques se complètent. A chaque problématique correspondent des réponses et des outils.

  • Guide des alternatives au désherbage chimique dans les communes

    Le choix des alternatives au désherbage en milieu urbanisé est une conjugaison de solutions préventives et curatives mais aussi d’aménagements qui permettent d’intégrer la végétation spontanée ou d’en limiter son développer.
    Au travers d’exemples et de témoignages, ce guide a pour vocation d’aider les collectivités dans leurs choix pour diminuer l’usage de produit qui présente un danger pour la santé publique et l’environnement. Chacune d’entre elles devra adapter ses prises de décision à sa situation propre. C’est la diversité et la complémentarité des solutions qui permettront un changement global des pratiques.
    Contrairement aux recommandations concernant les cultures, qui varient de façon importante d’une région à l’autre en raison des différences climatiques, mais aussi de la nature des sols, les prescriptions en zone urbaine peuvent être appliquées à l’ensemble des régions.
    Edité par la FEDEREC Bretagne et porteur de ce projet, ce guide est le fruit d’un travail entre de nombreux partenaires institutionnels.

  • Guide pratique - Conception et gestion écologique des cimetières

    Natureparif a voulu, dès sa création, sensibiliser sur les dangers des pesticides et accompagner les collectivités dans la mise en œuvre d’une gestion écologique et différenciée de leurs espaces. C’est un axe essentiel de son action, car les pollutions aux nitrates et aux pesticides comptent parmi les deux principales causes de perte de la biodiversité en Île-de-France – la seconde étant la disparition et la fragmentation des habitats naturels dues à l’urbanisation et aux infrastructures. Si en la matière, la principale responsabilité incombe à l’agriculture intensive, celle des zones non agricoles n’est pas nulle : les collectivités, les entreprises et les jardiniers amateurs utilisent désherbants, insecticides et fongicides, ce qui a un impact certain sur la biodiversité, l’environnement et la santé humaine... 
    L’usage urbain des pesticides, souvent répandus sur la voirie et lessivés à la première pluie, représente jusqu’à 30 % de la contamination de l’eau. Aux enjeux environnementaux s’ajoutent donc des enjeux économiques. Ceux et celles qui ont la charge de gérer l’approvisionnement en eau potable des presque 12 millions de Franciliennes et Franciliens connaissent le coût de la dépollution d’une ressource (entre 640 et 1 140 M€/an d’après le CGDD1) qui nous était fournie pure par la nature il y a encore un demi-siècle.
    Les cimetières sont souvent la dernière difficulté dans la mise en place de pratiques sans intrants chimiques et plus respectueuses de l’environnement. Une conception très minérale et une perception des « herbes folles » liées au sentiment d’abandon en sont la cause. La diversité des personnes qui interviennent dans la gestion - collectivité, entreprises de pompes funèbres, familles des défunts - complexifie encore plus la démarche de transition écologique.
    La conception nouvelle des cimetières ou de leur extension peut grandement faciliter le changement. L’application au quotidien des principes de la gestion écologique des espaces publics offre aux citadins un regard renouvelé sur les cimetières, digne et respectueux des défunts mais aussi un nouvel espace d’accueil de la faune et de la flore, de contemplation et de promenade calme, sain et agréable.
    L’objectif de ce guide est de donner les clés essentielles aux collectivités et aux professionnels pour concevoir et gérer différemment leur cimetière tout en respectant la réglementation actuelle, souvent méconnue. De la conception à la gestion, en passant par la communication, tous les éléments présentés ici sont le fruit de la synthèse de nombreux ouvrages, fiches techniques, expériences, et rencontres sur le sujet en France et en Europe.

Conseil, Expertise, Information

  • Guide d’élaboration du plan de gestion en Seine-Saint-Denis

    Ce guide a été construit sur la base de nombreux échanges avec les gestionnaires afin, d’une part de répondre à leurs attentes et, d’autre part de proposer une démarche commune partagée. Il s’adresse en priorité aux gestionnaires et différents services du Département de la Seine-Saint-Denis. Mais il est également construit de manière à être transmis aux autres gestionnaires publics ou privés et en particulier à ceux intervenant sur les entités du site Natura 2000 de la Seine-Saint-Denis.
    Après une présentation du contexte séquano-dionysien, la démarche est présentée en détail afin de mieux comprendre le plan type proposé. Un cahier des charges type est également présenté en annexe pour faciliter la construction de futurs dossiers de consultation des entreprises.

Autres

Conseil, Expertise, Information

  • Label EcoJardin

    Le label EcoJardin est un outil de communication et de reconnaissance à destination du public, des équipes d'entretien et des élus.
    Les principes de base du label sont les suivants :
    Un label par site, qui s’assure toutefois que le gestionnaire du site est bien engagé dans une démarche globale de gestion écologique
    Des audits réalisés par des organismes externes compétents et indépendants et basés sur des grilles d’évaluation communes
    L’engagement dans une démarche d’amélioration continue

Conseil, Information

  • Actes de la rencontre «L’objectif zéro pesticide et les espaces à contraintes»

    Plus de 120 personnes ont participé à la Rencontre organisée par Natureparif le 23 mars autour de la question de la réduction voire l’arrêt de l’usage des pesticides dans les cimetières, jardins historiques, terrains sportifs d’honneur, golfs…
    Il ressort des différentes interventions et des échanges que si la prise de conscience est faite et que globalement la réduction est engagée, l’objectif d’un arrêt total de l’usage des pesticides demeure difficile à atteindre pour de nombreuses collectivités sur ces espaces, du fait de contraintes d’usage particulières.
    Pour autant, la présence et la participation importantes d’agents territoriaux, de gestionnaires d’espaces verts, de responsables associatifs et d’élus locaux à cette rencontre francilienne est un signe positif, qui encourage à poursuivre et relever ensemble ce défi pour la qualité de l’environnement et la biodiversité.

Information, Éducation

  • Exposition "Zéro pesticide dans nos villes et nos villages !"

    Les pesticides sont présents partout dans l'environnement : Ils polluent l'eau, l'air, la pluie, les sols et les organismes vivants. Ces pollutions sont principalement d'origine agricole, mais pas uniquement : les communes et les particuliers utilisent également des pesticides. Or, lorsque ces substances sont employées en milieu urbain, elles sont massivement entraînées par la pluie vers les rivières.
    Cette exposition a été acquise auprès de Loiret Nature Environnement (www.loiret-nature-environnement.org). Elle a été réalisée dans le cadre de l'opération "objectif zéro pesticides" initiée par Loiret Nature Environnement, la Fredon Centre et les jardiniers de France avec le soutien financier de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne, du Conseil régional, du conseil général, du ministère de la santé, du ministère de l'agriculture, de la lyonnaise des Eaux et de la fondation Nature et Découvertes.
    Natureparif, l'agence régionale pour la nature et la biodiversité en Ile-de-France, assure la diffusion de cette exposition pour encourager les communes à atteindre, à terme, l'objectif zéro pesticide.

Expertise, Information

  • Diagnostic de la biodiversité en Île-de-France

    Le diagnostic est proposé par Natureparif. Il passe en revue l’état de santé et les enjeux qui caractérisent les différents types d’habitats existants dans notre région, et la biodiversité qui y est associée, pour le début de la deuxième décennie du XXeme siècle. Il a vocation à constituer le socle commun préalable à la révision de la Stratégie Régionale de la Biodiversité, prévue en 2013.

Subvention

  • Règlement d'attribution des aides régionales pour la biodiversité
    Le 26 septembre 2013, le Conseil Régional a adopté sa nouvelle stratégie pour la biodiversité en Île-de- France. Cette nouvelle stratégie oriente les interventions de la Région en faveur des priorités qui découlent de la convergence des engagements nationaux en faveur de la biodiversité, des politiques européennes, du schéma régional de cohérence écologique approuvé par le conseil régional le 26/09/13 et arrêté par le préfet le 21/10/13, ainsi que de la spécificité des territoires de la région Île-de-France. Elle vise notamment à assurer une gouvernance, un suivi et à se doter de moyens de mise en oeuvre à travers les différentes politiques régionales.
    Cette stratégie vise à encourager les acteurs franciliens dans la mise en oeuvre de leurs projets en faveur de la biodiversité et à poursuivre des objectifs ambitieux. A ce titre, elle conditionne l’attribution des aides à l’adhésion à la Charte régionale de la biodiversité animée par Natureparif.
  • Financements en Île-de-France pour la réduction de l’usage des produits phytosanitaires dans les zones non agricoles
    Ce guide est diffusé dans le cadre de ce plan, mis en oeuvre régionalement par la DRIAAF Îlede-
    France en collaboration avec plusieurs partenaires.
    Il a pour objet de présenter aux collectivités territoriales de la région les financements dont
    elles peuvent bénéficier pour mettre en place des programmes de réduction d’usage des
    produits phytosanitaires.
    Au niveau de la région, l’agence de l’eau Seine-Normandie, la Région et les Conseils
    généraux apportent des appuis et aides financières pour la réalisation de tels programmes :
    réalisation d’audits des pratiques, élaboration de plans de désherbage ou de gestion
    différenciée, conception d’actions de communication, utilisation de matériel de techniques
    alternatives, etc.
    Chaque structure adopte ses propres règles concernant la détermination de ces aides.
    Néanmoins, le taux cumulé des aides publiques ne peut pas dépasser 80% du montant hors
    taxe des travaux.

Rolex répliques de montres suisses de luxe air max france boutique en ligne